Reprendre le travail quand on est maman...

Publié le par Isabelle Gabay

Quand j'ai eu Raphaël, je ne me suis pas du tout posé la question. 

Je travaillais alors en grande distribution, comme manager commerciale (traduire "chef de rayon"). 

Assimilée cadre, j'avais les responsabilités qui allaient avec, les horaires, mais pas le statut officiel. La paye suit, bien sûr, et j'ai toujours aimé ce métier que je fais depuis maintenant 10 ans.

Après un BTS Action Commerciale chez  Bricomarché, je suis entrée dans le groupe Casino en apprentissage pour la licence Distech, commerce et vente en grande distribution.

 

Après la naissance de Raphaël, je suis retournée au travail. Il est né début septembre, avec un mois d'avance, j'ai donc eu un mois de plus pour profiter de lui, plus un mois d'allaitement.

Je suis retournée bosser en janvier 2011. Naturellement, j'ai repris mes anciens horaires. Souvent au travail à 6h, en tout cas entre 6h et 7h maxi. Une longue pause entre 12h (voire 12h30) et 15h. Je ne rentrais pas à mon domicile, car j'en avais pour une heure aller-retour de voiture. Usant en essence, en temps et en énergie. L'après-midi les horaires habituels faisaient qu'on terminait vers 18h.


Ça, ce sont les horaires "normaux". Il faut ajouter les permanences : soit de 13h à 18h, soit le matin jusqu’à 13h puis de 18h à la fermeture (20h30 ou 21h selon le jour). Il faut compter au moins une fermeture par semaine.

Pas de jour de repos complet, uniquement des demi-journées, deux par semaine, à placer comme on peut, parfois sans avoir trop le choix…


Une collègue, maman aussi, est revenue de maternité après moi. Elle a décidé de ne venir qu’à 7h, rarement avant. De prendre tous ses mercredis et vendredis après-midi. De « respecter » son rôle de maman.

En réalité, au début, je ne l’ai pas comprise. Je me vouais à mon travail, et si mon rôle de maman comptait bien sûr énormément, je jonglais comme je pouvais avec mes horaires et j’organisais ma vie privée en fonction de ma vie professionnelle. Elle a décidé de faire l’inverse.

 


Avec le recul, je m’aperçois que c’est elle qui avait raison. J’ai le sentiment d’avoir « perdu » deux ans. Je n’ai quasiment pas vu grandir mon Raphaël.


Son père l’a amené chez la nounou et ramené tous les jours. C’est lui qui l’amenait aux rendez-vous médicaux. Lui qui le gardait le mercredi après-midi et le samedi. Son père qui l’a vu grandir, qui m’envoyait des photos par texto quand je ne pouvais le voir, parfois pendant deux jours, à cause des permanences.

Quand, pour le rendez-vous des 18 mois, je l’ai amené avec son père chez la puéricultrice, et que, me voyant pour la seconde fois seulement, elle s’est exclamée « tient, on voit la maman aujourd’hui ? », j’ai eu le cœur qui s’est serré tellement fort. J’en ai les larmes aux yeux d’y repenser !


Et puis, Gabriel est arrivé. Pas en avance, comme son frère. Moins de temps pour profiter de lui sûrement. Et je me suis posée la question, pendant une grande partie de ma grossesse. Ce qui m’avait semblé si évident deux ans avant ne l’était plus du tout. Reprendre le travail, mais à quel prix ?


Je ne veux pas revivre ça. Ou plutôt ne pas revivre cette absence.


Un congé parental ? Je l’ai dit plus haut, il y avait des contraintes à ce travail, mais le salaire suivait, et le congé parental n’est pas suffisant pour rembourser le prêt de la maison. Surtout que maintenant mon mari est en CDD, donc aucune garantie qu’il garde son job.

Une rupture de contrat, donc, mais mon enseigne ne pratique pas cela, alors que pourtant c’est bien inscrit dans la convention collective comme une possibilité, signée par les syndicats et les patrons. Mais c’est soit la démission, soit le licenciement pour absence injustifiée.

Or, après avoir regardé de plus près, le licenciement pour absence injustifiée est en fait considéré comme un abandon de poste, donc une faute grave. Et pas moyen d’avoir des indemnités de licenciement, et à foritiori le chômage d’après ce que j’ai comprit.

Alors, que me reste-il ? Travailler à mi temps ? Faire autant de route pour gagner peu ? Qui a la solution ?

 

J’ai sous le coude un projet qui me tient à cœur, essaye de me salarier d’une ludothèque associative que je voudrais monter, mais cela ne dépend pas que de moi bien sûr, et les temps sont durs, donc le dossier ne sera peut-être pas accepté…


Comment avez-vous vécu la reprise du travail après votre congé maternité, avez-vous décidé d’une réorientation ? Avez-vous pris un congé maternité, comment s’est passée la reprise ?

Vos réponses m'aideront peut-être à y voir plus clair, prendre la bonne décision...

 

 

 Article-publie-sur-SBG.png

Publié dans Témoignages de mamans

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

linette 07/11/2012 23:59


pfiou ! en tant qu'ancienne RH, il y en aurait des choses à dire, il faudrait que je me penche sur la question..


Premièrement : es-tu sûre que le congé parental n'est pas pour toi financièrement ? Car alors pas de frais de nounou, et les allocations de congé parental ne sont pas imposables ! As-tu tout bien
regardé ? Si tu as qq sous de côté, cela peut peut-être valoir le coup de le prendre malgré tout. Ensuite, tu reprends ton job, c'est obligatoire
, donc ca ne craint pas tant que cela vis à vis du "CDD" de ton mari.


Entretemps, rien ne t'empeche de te lancer dans la ludothèque associative (attention malgré tout à bien tout calibrer avec la CAF car elle n'accepte pas que l'on "travaille" en congé parental).


Deuxièmement : tu parles d'une rupture négociée de ton contrat, évoquée dans ta convention collective. Sais-tu que c'est depuis 4-5 ans un motif "légal" de rupture d'un contrat de travail, te
donnant droit aux indemnités assedics et tout et tout (je suis bien placée pour le savoir puisque c'est ainsi que nous avons rompu mon contrat avec mon précédent employeur). Peut-être qu'en ces
temps de crise, tes patrons seront ravis de ne plus avoir à te payer, surtout si tu es "ancienne" et a un certain niveau de salaire.


Regarde un peu ici : http://travail-emploi.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/rupture-conventionnelle-du-contrat,1208/la-rupture-conventionnelle-du,8383.html


Si tu veux qu'on en parle, écris moi en perso, je peux peut-être t'aider à y voir clair dans tous ces aspects légaux (mon ancien job)

Isabelle Gabay 08/11/2012 12:54



Coucou !


ALors,


1. pour le congé parental, non, c'est vraiment trop la misère ce qu'ils donnent, et de toute façon avec la naissance du second on ne paiera pas d'impôts l'an prochain au moins voire après non
plus. 


2. La nounou, je l'ai, je la garde ! D'abord elle est bien, ensuite j'ai besoin justement de moments seule avec mon second, ou seule avec moi même pour être au calme ! Et j'en profite aussi pour
monter mon dossier, ce qui serait impossible si j'avais le grand (encore plus en ce moment avec ses colères !)


3. J'ai appelé ce matin la maison du droit et de la justice et un organisme syndical, et les deux confirment que la rupture de contrat conventionnelle si elle n'est pas acceptée par l'une des
deux parties n'est pas obligatoire, il faut que les deux soient d'accord..


Je reviendrais vers toi sûrement demain aujourd'hui ce sera dur ^^



Annabelle 06/11/2012 12:56


C'est pas facile c'est sur. Moi je n'ai pas eu le choix, puisque quand je suis rentrée de congé mat j'ai trouvé quelqu'un d'autre à mon poste et que je me suis fait virée (avec indemnités)


Avec le recul c'est surement bien, j'ai profité du petit à fond, mais j'ai trouvé extrêmement difficile de ne plus être active professionnelement...


Chacune le vit différemment, j'espère que tu trouveras une solution convenable pour tous.


Bon courage xxx

Isabelle Gabay 06/11/2012 20:48



Sérieux tu t'es faite virer, ça c'est vache ! Moi c'est pareil, il y a quelqu'un sur mon ancien poste, donc je sais qu'ils me reprendraient pas là en tout cas, et j'avoue j'ai pas tellement envie
de faire doublon dans un autre rayon...


Merci pour ton témoignage en tout cas !



lilyla 06/11/2012 12:43


Bonjour, si c'est écrit dans la convention collective, y'a surement de quoi faire! Il faudrait se rapprocher d'un syndicat ! Ici, j'ai une puce de 2 ans et demi et je n'ai travaillé que 7 mois
depuis sa naissance, elle va chez la nounou 3 jours et demi par semaine malgré tout (je suis actuellement au chômage). Je ne suis pas une mère au foyer, je ne peux pas, j'ai besoin d'une activité
pour que mon foyer soit stable ... Mais j'avoue que je ne pourrais accepter à l'heure actuelle un travail aux horaires que vous citez ! J'ai besoin d'un juste milieu! Je vous souhaite beaucoup de
courage et une belle continuation dans le chemin que vous prendrez!

Isabelle Gabay 06/11/2012 20:46



Merci pour vos encouragements !


Se rapprocher d'un syndicat, en fait je sui smoi même syndiquées et Déléguée du personnel 


DOnc je sais que même si c'est signé, en fait, ils refusent la rupture convientionnelle, car ça leur coûterait trop cher ! Je leur ai même proposé de leur signer un papier pour refuser tout
supplément mais ils veulent rien savoir. Ou alors, je leur fait ma demande par accusé de réception directement au siège, et en attendant je me met en maladie...


Je vais y songer tient, je n'y avais pas pensé avant.. COmme quoi !


 


Ceci dit mon grand continue aussi d'aller chez la nounou 22h par semaine pour que je prenne du temps seule avec bébé !



Edwina D. 05/11/2012 15:51


Moi je reste au foyer pour le moment, mais je ne compte pas rester à la maison toujours.

Isabelle Gabay 05/11/2012 17:08



Non, je n'ai pas envie non plus, j'ai toujours été super active, donc ce ne serait pas une solution mais un temps oui...



Yzo 03/11/2012 15:39


Toutes ces questions, nous nous les sommes posés pendant ma grossesse. Pour moi, il était hors de question de mettre BB en garde de 7H à 20H, 5 jours sur 7, comme mes parents l'ont fait pour moi.
Je n'ai aucun souvenir de ma petite enfance avec mes parents.


Prendre un congé parental, nous y avons songé mais impossible avec les crédits comme vous. Après calcul, la solution qui s'est imposée (Je dit bien imposé car ce n'était pas mon choix) fut un
80%. En travaillant le samedi, ca me donne 1 journée entière et 2 aprem.


Avec recul, je pense que c'est un bon compromis car s'occuper 1 journée de BB c'est très usant.

Isabelle Gabay 04/11/2012 23:27



Oui c'est clair que c'est cravnt ! En ce moment, je m'occupe seule des deux enfants en mêm temps le mercredi et vendredi toute la journée, et le samedi et dimanche avec leur père. Le jeud raphaël
est chez la nounou et ça fait du bien à tout le monde 


Mais bon, je sais pas encore trop, franchement, c'est dur de tourner la page de 10 ans d'ancienneté !