Poème pour Inho, en son temps...

Publié le par Ludisabelle

Beau Nobliaux, le Sieur Inho,

Partit un jour laver atours,

Au lavoir sis ôta habits.

A la laveuse, une belle gueuse

Remit donc braies, la chemise et

Gilet de laine aussi mitaines…

 

Beau nobliaux, le Sieur Inho

Se promena marchant au pas

Au petit pré tout à côté

Bien cours vêtu le petit cul !

Pendant ce temps linge trempant,

La lavandière partit à faire…

 

Lorsque mutine, toujours maline,

Lisa riant prît vêtements,

Court aux abords cacher trésor,

« La Belle époque » cache les froques.

Puis elle revint pour prendre un bain

L’air angélique, ton ironique…

 

« Seigneur Inho ! Vous êtes beau !

Mais plus vêtu seriez mieux vu ! »

Sourire moqueur Lisa sans peur

Com’ une madone elle fanfaronne !

Elle court et danse, riant d’avance

De voir l’ami sans ses habits.

 

Inho rougit lui répondit :

« Je me demande, pour qu’on le pende,

Quel malotru m’a laissé nu ? »

Tout en rageant il vit séant

Un parchemin sur le terrain :

‘’Vous trouverez si vous buvez’’

 

Le gentilhomme, sans qu’on la nomme,

A l’écriture vit la griffure

De l’icelle, la péronnelle

Qui se jouât de son émoi.

Pour ton pardon, prend donc bâton,

Et viens aussi chez la Niki !

 

Comme chacun sait, Lisa parlait

Avec des gestes de chef d’orchestre,

Inho devant héla sergent

La belle scène, presque obscène !

Le riche nu, mimant battu,

Lui demanda « enferme la ! »

 

L’homme de loi s’exécuta,

Le nobliau remit manteau,

Lisa peinée, emprisonnée,

Sur le lavoir tomba le soir…

Publié dans Archives diverses

Commenter cet article

belbe 08/12/2011 16:53


un texte très beau qui fait réfléchir

Ludisabelle 12/12/2011 17:26



Merci !