Le scandale du Bio, en Espagne mais aussi en France !

Publié le par Ludisabelle

Déjà, il y a quelques année, j'étais sidérée que tout le monde laisse produire des légumes de cette façon. je vous en parlais dans cet article, dont une partie était copiée collée (en citant la source bien sûr).


Et voilà qu'hier soir, en regardant les nouvelles, je tombe sur un reportage qui parle du Bio, et du grand mensonge qui se cache derrière une partie de la production !

 

printemps-bio-coccinelle.jpg


Bien entendu, je ne fais pas de généralité et une grande partie des producteurs français jouent réellement le jeu du bio, mais une autre continue de faire de l'élevage industriel ou de la culture intensive.


Ils produisent bio sous prétexte que leurs engrais sont naturels et non chimique, mais utilisent des serres qui se moquent des lois de la nature et des saisons, se foutent de la biodiversité autour de leur carré de culture,bref, ils utilisent et usent et abusent d'un label qui pourtant devrait être le must.

 

Alors, pourquoi ? Les normes sont elles devenues trop vagues ?

 

Perso, je préfère tenter à nouveau (et là j'interdis tous ceux qui me connaissent et ont eu vent de ma cuisante défaite il y a deux ans) au printemps prochain de cultiver mes propres tomates, carottes et autres que d'en acheter !

D'ailleurs, nous sommes quelques habitants de notre quartier de savigny le temple à réfléchir à la création d'une asso de jardin partagé soutenue par la municipalité, je vous en parlerais donc à nouveau bientôt !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flore 30/12/2012 03:23


Le label bio est strict. Je sais très bien à quoi m'en tenir puisque mes voisins étaient des paysants bio (même biodynamiques). Il faut simplement faire attention à la provenance (le bio qui
vient de très loin n'est en effet au final pas du tout écolo, ou bien certains bios des supers marchés, surtout les fruits et légumes sur-emballés)... Mais le bio peut avoir des serres
non-chauffées. Les serres protègent juste un peu plus longtemps du froid. Et le plastique est réutilisé à chaque fois... Ce n'est pas leur mode de culture privilégé et ils en utilisent que
partiellement.


Je continus à acheter du bio et si possible du local parce que l'on ne peut pas tout cultiver soi-même à part si l'on a vraiment beaucoup de temps (j'ai un potager), mais je ne me passerais pas
de mon amap bio et locale. Les petits producteurs bios, et ils sont en majorité, ne sont pas riches et ne font pas ça pour l'argent, mais bien par conviction écologique. 


Certes, il y a encore des choses à améliorer mais personnellement (et ne le prend pas mal) cela me fait mal lorsque l'on critique cette agriculture qui est la plus saine pour l'environnement car
elle ne contient pas de pesticides, d'ogm, de desherbants et d'engrais chimiques et j'en passe... Les champs ne sont pas immenses, ils sont parsemés d'arbres et d'herbes sauvages. Oui, il doit y
avoir parfois derrière quelques cons qui s'amusent à déjouer je ne sais pas comment le label, mais ça n'est pas une généralité ! C'est à cause de ce genre de reportage que les gens disent que le
bio est suspect et que ça pollue tout autant que les autres cultures dites conventionnelles. En tout cas ça leur donne une bonne excuse pour ne pas regarder ce qu'ils consomment parce que "de
toutes façons tout est corrompu"... Bref désolée si je m'emporte un peu, je sais que ça vient d'une bonne intention, mais je pense que ce genre d'article dessert à la cause de l'écologie.

Isabelle Gabay 30/12/2012 13:18



ALors, je t'arrête tout de suite, je me suis peut être mal exprimée mais je ne critique pas le bio, bien au contraire, vu qu'on va créer une asso de jardin partagé dans mon quartier, avec
l'accord de la ville. On va aussi essayer de leur faire planter des arbres fruitiers sur le domaine public pour les habitants.


Ce que je critique justement c'est comme tu le dis les "cons" qui discréditent le bio !


J'essaie d'en acheter de plus en plus, et contrairement aux idées reçues ce n'est pas forcément toujours plus cher, surtout si on prend à côté de chez soi chez les petits producteurs.


Et on a une AMAP aussi par chez nous, je ne suis pas encore inscrite car j'avais peu de temps pour cultiver les légumes, mais j'y pense de plus en plus maintenant que j'ai du temps.


Cet article était plus un pavé dans la marre pour faire prendre conscience aux gens qu'acheter des produits bios suremballés qui viennent de l'autre bout du monde n'est au final ni bio ni écolo,
justement !


 


Et c'est bien qu'il y ai débat, ça me va ! 



Mikael 29/12/2012 22:03





 C'est sûr que rien ne vaut le produit sois-même, quand on peut, avec cette nuance que de toute façon, dès lors que le voisin arrose à seau avec toutes sortes de saloperies et que les
environs sont pollués, on a forcément des retombées et des rémanences. De l'arnaque dans le bio c'est une évidence : la production est minime et mainteanant on en trouve jusque dans les
supermarchés, en conditionnements industriels qui ne différent guère du conventionnel, ce qui en fait de l'agriculture à peine raisonnée tout au plus. L'arnaque j'en ai éventé dès les années 80
quand j'ai vu un prioducteur par ailleurs réputé et déclaré non seulement Bio, mais BIODYNAMYQUE DEMETER chaptaliser son beaujolpif au sucre blanc industriel. Ce jour là, j'ai perdu la foi. Bonne
fin d'année

Isabelle Gabay 29/12/2012 22:45



Bonsoir !


Oui maintenant le bio qu'on trouve dans les grandes surfaces proviennent d'autres pays de toute façon, par exemple espagne pour ne citer que celui là. Et quand on voit comment ils produisent là
bas...


J'essaie toujours d'acheter français même quand c'est plus cher, et je vais au marché à côté de chez moi quand je peux.


Il faut garder la foi, regarde, de plus en plus d'habitants se mettent en jardins partagés, voire même en potager gratuit (j'ai vu un reportage sur les gens qui mettent un bac avec des
plantations de légume à disposition !



Vinie 29/12/2012 21:30


Je n'ai aucun mérite, c'est ConjointChéri qui gère ;)

Isabelle Gabay 29/12/2012 22:36



lol le mien tu peux lui demander, même pas tailler une branche lol ! t'imagine l'état de la haie !! 



Vinie 29/12/2012 19:33


Nous avons notre propre potager dans lequel nous plantons pommes de terre, radis, fraises, carottes, .... chaque année :) Les enfants adorent participer et nous on adore déguster ce qu'on a semé
:)

Isabelle Gabay 29/12/2012 20:50



Ha tu as de la chance moi j'ai essayé la première année, mais déjà les limaces sont vorcaes et la bière ne les tue pas toutes, et j'ai pas vraiment la main verte.



lilyla 29/12/2012 19:21


Ou de priviliégier la production locale plus proche de la nature à bien des points, et parfois au surprise bio! Il faut se méfier d'une chose quand on fait son propre jardin tout de même : quelle
est l'histoire du terrain et du village/ville car des fois, il peut aussi y avoir de mauvaises surprises ... L'agriculture doit être raisonnée dans tous les cas, c'est une certitude, la nature
est bien faite, la laisser un peu plus faire est juste!

Isabelle Gabay 29/12/2012 20:49



Oui je suis d'accord avec toi, et on voit de plus en plus de paysans qui laissent à nouveau des "mauvaises herbes" pousser dans leurs cultures car ils ont compris que ça amenait des bénéfices
(coccinelles et prédateurs naturels de pucerons par exemple).


 


J'espère avoir de bons conseils avec le jardin partagé pour faire pousser mes propres légumes, j'ai un potager vide c'est bien dommage !