[Ververoche]Les loups prennent l'avantage...

Publié le par zoyas

Il fait nuit noire, seule la lune, pleine et ronde, semble flamboyer dans le ciel, rousse, presque rouge, du sang qui a déjà coulé la nuit précédante, et qui est déjà en train de couler à nouveau.
Hypnotys et Cruel, les deux mâles sanguinaires, aux côté de leur nouvelle chef Cara RIbas ont décidé de dévorer la plus novice des villageoises, Belphegore, et lui réservent une mort si cruelle, imaginée justement par le pire de la meute, tandis que Cara reniffle la peur des villageois qui se terrent chacun dans leur chambre, reclus dans l'unique auberge.
Extraits choisis :

Cara Ribas :

Leur faire peur! Certains mourront peut-être cette nuit de peur! Les faire attendre, dans la crainte d'être dévoré! Elle la sent, cette peur; elle se nourrit d'elle! Elle entend même les battements de cœur à l'unisson, qui se sont accentué lorsqu'Hypnotys a passé ses ongles sur une des portes...

Hypnotys :

Le rictus carnassier qui éclaire la gueule d'Hypnotys lorsque la louve s'arrête devant la porte …… sa porte……… celle qu'il a fracassée la première nuit……… celle de la victime qui lui avait échappée.
Mais cette nuit elle ne pourrait pas s'échapper et finirait sous leurs crocs affamés... affamés de vengeance et de sang.


Cruel :


Cruel se mit à rire aux mots d’Hypnotis qui avait bel et bien envouté sa victime :

-« Hypnotis… Sur le corps, il y’a tellement de choses à manger… Nous pourrions la dépecer et lui arracher les membres, qui j’en suis certains, feront un bon encas… »

Cruel avait le même rictus démoniaque :

-« Ensuite, nous l’attacherons à la potence-buché et nous la brulerons, lui rendant alors son esprit pour qu’elle sente ce qui lui arrive… Et, bien entendu, avant qu’elle n’eut donné son dernier souffle, ou bien après, éteignons le feu et mangeons un humain grillé ! Moi, pour ma part, la femme enceinte m’as reput, même si j’ai un peu laissé trainer des morceaux de nourriture car j’ai joué avec… »
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article