[la contrée des loups] Ververoche, où la bataille reprend

Publié le par zoyas

Souvenez vous de la bataille géante qui avait lieu à Ververoche !

Les loups, sanguinaires et cruels, menés par Greyarh, le pire de tous, le plus calculateur, faisaient face à une horde de villageois qui se croyaient prêts à les afronter.

la première nuit, ils ont réussi à déjouer la cruauté des créatures sans nom, déjouant le pouvoir d'Hypnotys grâce à la magie du Salavateur qui a su s'opposer avec foce et courage.

Mais c'est lorsque les nuages bas virent assombir la première matinée que tout s'est gâté...

Les villageois n'ont pas eut la compréhension des choses, malgré des signaux évidents lancés par la voyante, malgré une force de persausion de certains qui savaient déjà...

Ils ont épargnés la petite fille, et sacrifié l'ancien, ce puit de sagesse qui  gardait en son coeur tout la magie du village.
De ce fait, plus aucun pouvoir ne pouvait être utilisé, et lorsque la nuit est tombée ce soir là, sur les cendres où gisait encore le corps calciné du pauvre être, les loups sortirent à nouveaux de leur tannière, bien décidés cette fois à faire un carnage, par vengeance et pour l'horreur.

Une nuit terrifiante, qui a vu plus d'un villageois mourir, qui a vu un loup, également, passer de vie à trépas par la flèche d'un chasseur qui avait gardé, lui, le seul, la force d'utiliser une dernière fois son arme.

Beaucoup sont morts cette nuit là, dans ce couloir sombre dans lequel se faisaient face Greyarh, le meneur des loups, et Migéon, le vieillard, meneur des villageois, et garant de l'équilibre des forces...

Au réveil, tous étaient désormais convaincus de la culpabilité d'Hildegarde, cette jeune enfant désignée la veille mais épargnée par un sursaut d'humanité.
La pauvre enfant se terrait dans la forêt, son ancien amoureux la protégeant de la horde de villageois armés de fourches venus la chercher, mais ils finirent par se rendre, et on l'emmena sur le bûcher.

Une nouvelle fois, lmes flammes rouges et jaunes dansèrent et léchèrent les pieds d'un être vivant, sous le regard inquiet de tous.
Une nouvelle fois, la lune, pleine, ronde, légèrement teinte de rougfe sang, se fit une place parmis les nuages pour révéler l'identité secrète de celui qu'on lui offrait.

Et c'est un soulagement mélé de tristesse qui apparut sur tous les visages rivés vers elle qu'on pu lire à l'instant où les poils brûlés dégagèrent une odeur âcre.

Elle était un loup, elle était LE loup, elle était Greyarh en personne !
Muphestaphas, dans un accès d'amour, s'était jeté dans les flammes, mais au dernier moment, le charme rompu par la mort de l'ancien, s'écarta vivement pour se jeter dans un abreuvoir rempli de l'eau de la pluie dilluvienne qui commençait à tomber à présent sur le village.

Une nouvelle nuit commencait, une nuit pleine de surprise, un nouveau loup allait naître grâce au pouvoir de Greyarh, les villageois allaient se terrer, une fois de plus, dans leur chambre.

Qui allait on découvrir, le lendemain, le corps déchiqueté ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article